Marché Immobilier

Immobilier : les prévisions pour 2018

Alors que 2016 avait été marquée par un nombre record de transactions, les six premiers mois de 2017 avaient recensé une forte ruée des acquéreurs sur les opportunités de crédits pas chers. En bref, le marché de l’immobilier se porte bien, merci.

Cette dynamique sera-t-elle amenée à se poursuivre en 2018 ? Coût du crédit, dynamique des ventes, prix de l’ancien…L’étude menée par le groupe Xerfi « l’immobilier de logements en France et en régions » et l’analyse des marchés immobiliers par le Crédit Foncier nous permettent de dégager certaines prévisions pour le marché de l’immobilier en 2018.

2018 : quelle tendance pour l’immobilier ?

37 milliards d’euros, c’est le montant total de la production de prêts immobiliers en 2017, une première dans ce domaine, selon la Banque de France. Face à une telle dynamique, les emprunteurs craignent de voir le vent tourner et les taux, jusqu’ici exceptionnellement bons, commencer à grimper.

Les taux : un bond jamais atteint

De ce côté, il est indéniable qu’un plancher a été atteint et qu’une remontée devient aujourd’hui inéluctable aux dires des professionnels.

Un premier mouvement a été enclenché, mais parmi les économistes, certains tendent à dire que l’ensemble des facteurs évoqués précédemment «pourrait bien propulser les taux de crédit à des niveaux plus élevés d’ici la fin de l’année.”

Que les investisseurs se rassurent : si la hausse est inévitable, on ne va pas pour autant vers le krach immobilier, telles sont les prévisions du groupe Xerfi qui affirme que “la guerre tarifaire entre les banques sur le crédit à l’habitat freinera indéniablement la hausse”.

Une prévision confirmée par l’Observatoire du financement CSA/Crédit Logement, selon qui le coût du crédit restera bien attractif en 2017/18, avec un taux moyen toutes durées confondues pouvant atteindre 1,80% fin 2017 contre 1,49% à fin février. Le courtier Cafpi partage également cet avis. Selon lui, la moyenne sur vingt ans (hors assurances) pourrait toucher la barre des 2% en juillet (1,75% au 20 mars 2017).

Niveau des ventes : un marché

2016 avait été fructueuse pour l’ancien : l’étude avait relevé une hausse des ventes d’environ 10% sur un an. Selon le baromètre CSA/Crédit foncier, plusieurs facteurs expliquent l’inflexion du marché. À commencer par les taux de crédit habitat proches des taux plancher. À très court terme, le risque qu’ils remontent autorise certains projets et stimule les ventes.

La dynamique exceptionnelle enregistrée au cours de l’année 2016 et sur les six premiers mois 2017 pourrait bien se transformer en feu de paille, d’après la note de conjoncture des Notaires de France. Si le neuf connaît une relative stabilité, voire une hausse des aacquéreurs, le tassement des ventes notamment dans l’ancien est plus que probable : l’étude du Crédit Foncier laisse entendre quant à elle que le volume de transactions dans l’ancien pourrait atteindre 830.000 unités (soit une baisse de 2,4%), un niveau encore élevé et supérieur à celui d’avant-crise.

Sur ce point, le groupe Xerfi est formel : les transactions diminueront légèrement, de respectivement 0,6% en 2017 et 1,2% en 2018.

 

The following two tabs change content below.
Spécialiste des innovations informatiques pour les agences immobilières, Imminence propose un logiciel immobilier full web et un service de création/référencement de sites immobiliers.

You Might Also Like

Leave a Reply


*